Beignets de fleurs de sureau

Beignets de fleurs de sureau

Vous aimez l’originalité ? Et bien avec ces beignets, vous allez être servi !

Je pense que tout le monde connait les beignets de pommes (chez nous, on disait les « crapés »). Et bien là, c’est la même recette mais avec les fleurs de sureau. Ils peuvent être servi en entrée avec une recette salée ou en dessert si vous ajoutez du sucre à la recette.

Recette :

  • 2 oeufs
  • 100 gr de farine
  • 2 cuillères à soupe de maïzena
  • 1/4 de litre d’eau gazeuse (ou 1/8 d’eau gazeuse et 1/8 de bière)
  • 1 cuillère à café de levure chimique
  • 1 pincée de sel
  • 1 zeste de citron vert
  • de l’huile de colza pour la cuisson
  1. Cueillez les ombelles de sureau (une dizaine pour cette recette).
  2. Secouez-les pour enlever les petits insectes qui s’y sont réfugiés.
  3. Réalisez votre pâte à frire en mélangeant tous les ingrédients et jusqu’à ce que la texture soit bien lisse.
  4. Laissez la pâte reposer 1/2 heure au frais.
  5. Faites chauffer l’huile.
  6. Trempez juste les fleurs dans la pâte pour passez-les dans l’huile bouillante en les tenant par la tige.
  7. Laissez dorer les beignets puis sortez-les en les plaçant sur un morceau d’essui-tout afin d’éponger le surplus de graisse.
  8. Saupoudrez de sel fin pour une entrée ou de sucre pour un dessert.
  9. Dégustez chaud avec une salade verte ou avec une petite glace vanille.

Vous allez vous régaler.

Potage bon marché mais tellement riche !

Voilà qu’hier soir, mon mari chéri, éclaircissait les carottes et les radis au jardin. Action qui permet de raréfier les nouvelles pousses qui,  suite à un semis trop généreux, s’étouffent entre elles et réduisent l’espace permettant le développement de la racine comestible.

Comme d’habitude, j’aime à le regarder s’adonner aux différentes tâches du jardin. Mon travail à moi est de récolter et cuisiner.

Et là, justement, je le vois mettre de côté une grande quantité de pousses trop abondantes afin de les jeter au compost.

« Ouh la la, malheureux ! » je lui dis… Tu vas jeter un trésor  alors que je peux en faire un  potage délicieux et riche en oligo-éléments (plus c’est petit et plus il y a d’antioxydants) !

Donc, après avoir récupéré une grosse poignée de fanes de carottes et radis, je me suis dirigée à la cuisine afin d’y concocter une bonne petite recette.

Quelques fanes de radis et carottes, toutes petites et pleines de pouvoirs magique pour notre organisme !
  • 1 oignonQuelques fanes de radis et carottes, toutes petites et pleines de pouvoirs magiques pour notre organisme !
  • 2 pommes de terre moyennes
  • les fanes de carottes
  • les fanes de radis
  • sel et poivre

Tout d’abord, on fait revenir l’oignon émincé puis les pommes de terre coupées en petits cubes. On jette les fanes par dessus et on ajoute un peu d’eau et les assaisonnements. On laisse cuire 20 mn environ. On peut ajouter des feuilles d’orties, de l’oseille sauvage, de l’ail des ours, des feuilles d’épinards sauvages, des feuilles de bourraches, des feuilles de pissenlits… Il faut laisser notre imagination décider pour nous.

C’est encore une bonne façon de détoxifier notre organisme les lendemains où les repas ont été trop riches en graisses, sucres, alcool….

En tout cas, cette petite soupe, elle est belle, bonne et elle nous fait du bien !

 

 

Confiture de Cynorrhodon

cynorhodon
Image Wikimédia (CC-BY-SA)

Confiture de Cynorrhodon ou fruits de l’églantier

 

 

 

  • Le plus long, ce n’est pas de les cueillir car c’est toujours agréable de flâner dans les champs au gré du temps et du soleil, mais c’est en rentrant, quand il faut supprimer les 2 bouts de chaque baie.
  • En effet, si l’on désire une belle gelée doucement colorée, il ne faut pas laisser le bout noir.
  • Donc, après s’être bien installé à table avec tout ce qu’il faut comme saladier, on écoute la radio ou on taille une bavette avec les copines, (ça, ça marche toujours) !
  • Les baies doivent avoir gelé avant mais moi, je les mets au congélateur et je les sors quand le temps me le permet.
  • On met cuire notre récolte durant 2 heures dans de l’eau  en ayant bien recouvert les cynorrhodons  à ras bord.
  • Ensuite, on mixe au robot.
  • Et là, on presse dans un chiffon pour en extraire le jus. (ça, c’est mon mari qui a gentiment prêté main forte dans cette action bien brûlante… Merci mon chéri, mes mains sont tellement délicates 😉
  • Puis, on procède comme d’habitude avec les confitures : sucre = jus (moi, je réduis toujours la quantité de sucre. Donc 900 gr de sucre pour 1 kg de jus ont suffi).
  • On obtient une délicate confiture ayant l’aspect de la marmelade.

    DSC03272.JPG
    Image Cilou ©

 A savoir que le cynorrhodon possède une quantité très importante de vitamines C ; environ 20 fois plus que les oranges ! Elles résistent au gel, à la cuisson et au séchage. C’est pourquoi, on peut en consommer tout l’hiver afin de se protéger contre les attaques grippales.

Salade azurée ou assurée !)

Voici une salade toute simple avec de jolies fleurs des champs.
Le soir, après la cueillette de la salade verte du jardin, une petite balade s’impose dans les environs de ma maison…

Selon mon humeur et la saison, je glane, ici et là, quelques couleurs qui vont égayer ma salade et lui donner un goût unique qui n’aura d’égal que son plaisir visuel.

DSCN1862.JPG
Fleurs séchées qui peuvent agrémenter mes petits plats en hiver. Bourrache, pensées sauvages, géranium, primevères, bleuets, roses, capucines, tagettes…

Une petite pensée sauvage par là, quelques fleurs de ciboulette par ici accompagnées d’un ou deux brins de myosotis, sans oublier un petit goût musqué apporté par le géranium sauvage herbe à Robert qui, non seulement apporte un nouveau dégradé de rose  mais une petite saveur bien agréable au palais !

salade Azurée.JPG
Salade azurée. © image Cilou

 

 

2 sites qui me confient leurs images en licence libre. logo licence libre

Geranium_robertianum_Herbe_à_Robert.jpg
commons.wikimedia.org

Géranium sauvage herbe à Robert

Afficher l'image d'origine
Flickr.com

Une fleur à prendre au sérieux… La ciboulette !

Fleur de Ciboulette
Il n’y a pas que l’abeille qui a droit à y goûter ! ©

La fleur de ciboulette est souvent mise de côté par les jardiniers car dès qu’elle apparaît, la tige devient dure et tire le bon au reste du pied.
Et bien moi, je ne la vois pas du même œil (o) ( J’ai essayé de faire un œil si jamais…). En effet, elle est comestible et délicieuse ! En plus elle est toute jolie de tout près, elle ressemble à une petite clochette allongée lorsqu’on sépare ses pétales pour  en saupoudrer nos premières salades de printemps. N’ayez pas peur, allez-y gaiement, vous ne serez pas déçus.

salade de ciboulette
Une petite salade bien goûtue aux fleurs de ciboulette ©

Très inspirée ce jour là, sur la salade fraichement cueillie, j’y ai ajouté quelques fraises du jardin, les feuilles de mes radis, deux, trois tiges de thym en fleurs, une tomate du supermarché 😦 et bien sûr la ciboulette en fleurs et ses quelques tiges, ça va de soi ! ©

 

Un vrai petit régal tout simple et tellement appétissant avec toutes ces belles couleurs !