Epinards sauvages

Un trésor sur les bords des sentiers !
Jeunes pousses d’épinards sauvages ou Chénopode Bon-Henri

Un petit tour dans la campagne malgré le temps maussade. Les températures ont bien diminué mais il ne faut pas se laisser abattre par la météo… La pluie n’a jamais tué personne (enfin, pas que je connaisse) !

Cette fois-ci, les muriers sont bien tristes… Dégoulinants, ils offrent leurs baies rescapées de la dernière ondée. Je pense que c’est terminé pour la saison…

Ceci dit, dame nature a toujours de quoi nous régaler…

dsc09735-001.jpg
Chenopodium Bonus-Henricus

Aujourd’hui, j’ai décidé d’aller m’approvisionner en épinards sauvages. Un rayon de soleil et c’est parti… Juste un sac de coton pour y déposer ma récolte et l’affaire est jouée ! En courant, j’avais repéré,  sur les bords d’un sentier, proche d’une ferme où le fumier a bien enrichi la terre, les jolies feuilles en forme de cœur de cette plante dont le véritable nom est « Chénopode bon-Henri » ou « Chenopodium Bonus-Henricus » Cette dénomination proviendrait du fait qu’Henri IV en aurait découvert son importance au point de vue culinaire (CC by Wikipédia). En effet, l’épinard sauvage est riche en vitamines A, B et C et bien évidemment en Fer. Pourquoi s’en priver ? Gratuite, présente pratiquement partout sur l’hexagone, du printemps aux premières gelées, cette plante ne demande qu’à nous régaler par ses saveurs succulentes et naturelles. Il suffit juste de savoir la repérer et de prendre un peu de temps. Pour le reste, à chacun ses recettes.

Pour ma part, je les cuisine simplement à l’eau durant 5 minutes environ afin des les blanchir et éliminer l’acide oxalique très présente dans  cette plante et qui peut être à l’origine des calculs rénaux. Ensuite, je fais revenir des échalotes dans une huile de colza et j’y ajoute mes épinards que je nappe avec une sauce béchamel parfumée à la muscade.

DSCN1883.JPG
En lasagnes, c’est très bien aussi… Il faut les incorporer, une fois cuits à l’eau, entre chaque couches de pâtes.

Je vous laisse découvrir cette plante, l’essayer à votre convenance et surtout me dire si elle vous a conquis ou non.

 Merci de me laisser un petit message si vous avez aimé cet article 😉

A bientôt !

Article écrit en septembre 2017 et mis à jour au printemps 2020